Casablanca

Publié le par Seymour Glass

1942, des milliers de réfugiés, venus des quatre coins de l'Europe, affluent à Casablanca dans le fragile espoir d'obtenir un visa pour les Etats-Unis. Casablanca est à la fois l'une des plus belles histoires d'amour du cinéma hollywoodien, un film de guerre, un mélodrame exotique, un thriller et un prêche patriotique. Une oeuvre foisonnante et jubilante.

(États-Unis, 1942) 1h42 Réalisateur : Michael Curtiz Avec : Humphrey Bogart & Ingrid Bergman

Un chef d'œuvre né de lui-même

Mis à part la performance d'acteur de Bogart, qui surprend dans un rôle romantique là où l'époque lui avait collé une étiquette de gangster, ce film, tourné en seulement 59 jours, était voué à l'échec. Casablanca fait en effet partie de ces films moralisateurs et propagandistes produits par les États-Unis pendant la Seconde Guerre Mondiale. Son réalisateur Michael Curtiz avait été choisi pour ajouter une touche plus européenne à la production. Bogart doit sa sélection à Hal Wallis, co-producteur avec Jack Warner des studios du même nom qui aurait bien vu George Raft dans le rôle de Rick. Quant à Ingrid Bergman, elle doit son salut au tarif jugé trop sévère de Michèle Morgan, qui demandait alors 55 000$ ! Bogart n'empocha par exemple que 36 000$. Ajouté à cela que la MGM, craignant que le conflit ne s'achève avant la sortie du film, fit commencer le tournage avant même la fin de la rédaction du scénario ! En découle que les acteurs découvraient chaque matin le script de leur rôle et entre-autres que la rédaction de la légendaire scène finale ait été terminée dans l'avion en route pour la fin du tournage. Il en résulte également plusieurs coquilles, la plus flagrante étant que dans le film, les laissez-passer sont signés par le Général De Gaulle, alors qu'en vérité c'était Vichy qui administrait le pays à cette époque, De Gaulle étant réfugié en Angleterre. On comprend mieux alors la véritable prouesse réalisée en deux mois de tournage par les acteurs, donnant un film culte, récompensé par trois Oscars (réalisateur, scénario, image) en 1944, et qui a sa place parmi les grands classiques.

source

Publié dans Cinéma

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
curieusement oui<br />
Répondre